Des imitations de rhum et de whisky pour les Russes pendant la crise

 » layout= »button_count » show_faces= »false » width= »30″>
Suite à la dévaluation du rouble et à la chute du pouvoir d’achat de la population, les livraisons des alcools forts préférés des Russes sont en chute libre. Mais la popularité de leurs remplaçants bons marchés augmente : les imitations de whisky et de rhum.

Les boissons « au rhum » ou « au whisky »

Les sociétés de spiritueux ont commencé à proposer ces boissons au moins trois fois moins cher que les rhums et whiskys bon marché. Mais ce n’est en fait ni du rhum, ni du whisky.

La « boisson au rhum » Shark Tooth de Diageo, est en troisième position sur le marché après Bacardi et Captain Morgan. Au vu du succès de Shark Tooth, Diageo a lancé en 2014 Rowson’s reserve, une « boisson au whisky ». Ce nouveau produit se trouve déjà en deuxième position dans la catégorie whiskys irlandais après Jameson.

Le producteur de vodka « sinergiya » a aussi lancé « Capitaine Rhum » (sans rhum) et « Capitaine Whisky » (sans whisky).

Les pionniers

Diageo fût le premier à lancer des boissons « à base de rhum » et « à base de whisky » sur le marché russe. Shark tooth fût lancé avant la crise lorsque la popularité du whisky atteignait des sommets. Son étiquette affiche les composants suivants : eau, alcool et rhum des caraïbes. Ils ont ensuite lancé Rowson’s Reserve qui contient du whisky. La quantité de rhum ou de whisky n’est pas indiquée, mais d’après les experts, ce n’est pas plus de 2-3%.

Pas une goute de rhum

La tendance a aussi été soutenue par «Sinergiya », cette société vends ces alcools depuis des années, mais auparavant cela se limitait à une région, ils vendent maintenant dans toute la Russie.

«Sinergiya » est plus audacieuse que Diageo, car il n’y a même pas une goute de rhum dans ses boissons « au rhum ». Elles doivent leur goût à une infusion d’écorce de chêne, de noix de muscade, de cannelle, de clous de girofle, de café, de pruneaux et de mélisse.

La niche va se développer

Le nombre de bouteilles « au rhum » et « au whisky » va augmenter dans les rayons car la demande est forte, d’après le sommelier Erkin Touzmouhamedov.

Une question de réputation

Paul Shapkin a déclaré que l’Union nationale de protection des consommateurs n’a pas encore reçu de plaintes de clients au sujet des boissons ressemblant à du whisky ou à du rhum. « Lorsque le producteur met un produit dans les rayons avec le rhum, qui ressemble à un vrai rhum mais la composition de la boisson qui est écrit sur l’étiquette à l’arrière n’est pas du rhum, cela peut être considéré comme une violation des droits des consommateurs », d’après l’expert. Le lancement de tels produits peut être lourd de conséquences sur la réputation pour les producteurs, rappelle Shapkin.

RBC a aussi envoyé une requête sur la légalité de ces actions au FAS. Le service de presse a transmit la réponse du département du contrôle de la publicité et de la concurrence déloyale : « Il n’y a pas eu de requêtes, que ce soit de la part des citoyens ou des entreprises. Il n’est possible de donner un avis sur cette situation et la qualifier de concurrence déloyale qu’après avoir examiné les produits. Venez, apportez… Nous pouvons organiser une rencontre avec le chef du département. »

L’article original et intégral :

http://top.rbc.ru/business/10/07/2015/559e6cfa9a794758ccd06dc4

Photo : Bloomberg

+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *