Pour qui la Russie est-elle prête à simplifier le régime des visas ?

 » layout= »button_count » show_faces= »false » width= »30″>

Si le rouble faible n’est pas bon pour les Russes voyageant à l’international, il l’est pour les touristes venant en Russie, et c’est sur eux que misent maintenant les tour opérateurs. Les autorités sont prêtes à les rencontrer et à simplifier le système de visas.

Une demande des tour-opérateurs
Actuellement la Russie a engagé les discussions sur la simplification du système de visas avec 40 pays, et sur l’annulation simple avec 24 pays. Les négociations n’étant pas arrivées à leur terme, les noms des pays n’ont pas été communiqués.
Cette communication du ministère des affaires étrangères a été faite suite à une demande de 9 tour-opérateurs, qui prétendent qu’une telle simplification induirait une augmentation du nombre de touristes étrangers de 30%.

Comme à Tbilissi ou Taline
D’après les tour-opérateurs, la plupart des étrangers refusant d’aller en Russie le font au stade de l’obtention du visa : un processus exigeant, cher et très couteux en temps.
Selon les estimations de l’institut Cato de Washington, 90% des personnes souhaitant voyager en Russie abandonnent. Au final seul quelques touristes d’un âge avancé arrivent en Russie, les jeunes Européens de la classe moyenne préfèrent aller sans visa à Tbilissi, Lvov, Taline ou Burgas, plutôt qu’à saint-Péterbourg, Kazan, Sochi ou en Corélie.
Oleg Safonov de Rostourisme à proposé de diviser par 3 ou 4 le prix des visas.

Pas pour les américains
Alexander Kournosov, de l’association des tour-opérateurs de Russie, s’est adressé au ministère des affaires étrangères russe, en espérant une annulationdes visas pour les touristes en provenance d’Europe et d’Amérique du nord. Mais il doute que les pays de ces régions soient dans la liste des 24.
Le dernier allégement du régime des visas avec les USA date de 2011, lorsque les citoyens Russes et Américains ont obtenu le droit de postuler à un visa multi-entrées de 3 ans. Aucune nouvelle étape de libéralisation n’est mentionnée ni par Moscou ni par Washington.
La perspective d’un régime sans visas entre l’Union Européenne et la Russie a été lancée en 2002, avec un objectif de réalisation en 2008, puis repoussé à 2011-2012. On était proche de la résolution en 2010, mais cela s’est limité à des discussions.
Depuis le début de la crise ukrainienne, le 6 mars 2014, le conseil européen a gelé les discussions.
Les pays restants, se trouveraient assez loin de la Russie, comme les pays d’Afrique.

A l’Est
A l’ordre du jour des pourparler à Moscou, l’allégement des formalités avec la Chine et l’Inde. Le régime avait déjà était simplifié avec ces pays.
Le même travail est en cours avec le Japon, malgré les disputes territoriales existantes.

Autres directions
Fin février, le ministre des affaires étrangères, Sergey Lavrov, a déclaré que Moscou « est intéressé par la promotion du tourisme et est prêt pour de nouveaux progrès dans la libéralisation du régime des visas » avec les Etats arabes.

Test sur la Corée du Sud
«Nous voulons dire que le marché du tourisme entrant en Russie se développe lentement – en croissance de 4-5% en termes réels par an. Ceci est largement dû au régime de visa russe « , – dit Kurnosov. Selon lui, un bon exemple: en 2014, la Russie et la Corée du Sud ont annulé le régime des visas, le flux touristique a augmenté de façon significative – de 40 mille touristes en 2013, en hausse de 70 000 sur les résultats de la première en 2015 …
Le directeur général de « Intourist » Leonid Marmer confirme : la suppression des visas augmenterait le nombre de touristes en provenance des pays européens de 25-30% dès la première année, a-t-il déclaré au journal « Kommersant ».

L’article original et intégral :
http://www.rbc.ru/politics/08/03/2016/56d82de79a7947a228a5f07a

Photo : RIA Novosti


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *